L’adoubement comme seule légitimité ou le naufrage de la politique de caste

portrait GDI

     Géry Divry


 

La déliquescence du monde politique français a atteint un niveau tel, et la crise des partis installés est tellement forte, que, devant la peur de tout perdre et pour sauver les meubles, des hommes politiques que je jugeais jusque là sincères et intelligents, même si ils ne partageaient pas mes idées, se révèlent des apparatchiks sectaires capables de proférer des énormités et des fausses evidences très révélatrices de leur vision élitiste de la classe politique.

Nous avons deux candidat à la présidentielle qui,  pour Marine Le Pen, refuse de se rendre à une convocation de la police sur une affaire très sérieuse de « délits présumés d'abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux, et travail dissimulé » en se réfugiant derrière son immunité de parlementaire européenne et ose exiger que la justice ne perturbe pas l’élection présidentielle en mettant en cause les candidats. Lors de son meeting de Nantes du 26 février elle déclare doctement que « La justice est une autorité, pas un pouvoir » en se permettant de menacer les fonctionnaires qui participeraient à des actions contre elle ( actions qu’elle juge illégales, alors qu'on se demande à quoi elle fait allusion car la justice suit juste son cours)  de représailles après les élections .


François Fillon, sous le coup d’une information pour « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique » ose annoncer qu'il s'en remet alors aux urnes plutôt qu’à la justice de son pays.


Le message est limpide pour tout un chacun, la justice ne serait pas compétente pour juger les hommes politiques même pour des délits de droit commun. 

Comme le clame sans décence aucune la défense de monsieur Fillon , ce dernier ne saurait être jugé que par ses pairs sénateurs.  Pour madame Le Pen il semble que ce soit plus simple, personne n’aurait droit de la juger car elle représente la volonté du peuple.

Belle vision d'une France revenue au système aristocratique ou les nobles n'étaient pas jugés par les cours de justice du vulgum pecus mais uniquement par leurs pairs.

Pour sauver leur carrière politique ou accéder au pouvoir à n’importe quel prix, ils foulent au pied la France républicaine détruisant définitivement la confiance que les Français peuvent placer en leurs élus, ce n'est pas délétère, c’est mortifère. Il placent les élus au dessus des lois qu’ils ont eux même votées. 


L'autre face de cette arrogance des candidats est encore plus révélatrice. 

Prenez le temps de lire toutes les declarations faites de l’extrême droite à l'extrême gauche sur Emmanuel Macron;  ectoplasme, bulle, pas credible, produit médiatique, produit marketing, ... Sorti de nulle part donc pas sérieux, pas d’experience. etc …

 

Les élements de language exprimés par l'ensemble de la classe politique en place est consternant.

"Cet homme ne devrait pas être là, il n'a fait ses classes dans aucun parti, n’a pas milité, n'est pas entré dans le moule auquel nous sommes conformés pour devenir des vrai politiques professionnels, il n'a pas de conscience politique car on ne la connait pas,  pour resumer tout ces commentaires, c'est un imposteur …"

Il est vrai qu’ils ont du mal à accepter l’arrivée d’un trouble fête.

Les candidats de la classe politique en place sont des professionnels de la politique et en ont fait un metier :


  • On le sait tous pour Francois Fillon élu un de plus jeune député de France et vivant de la politique depuis son élection comme député en 1981.


  • Cela vaut pour Benoit Hamon vivant uniquement de la politique depuis plus de 13 ans, successivement député européen, Ministre puis député français. 


  • Cela vaut aussi pour Marine le Pen dont la fortune ne provient que de la politique, n’ayant pratiquement jamais travaillé et qui est élue et payée par nos impôts depuis vingt ans (*1)


  • Cela vaut encore pour notre pourfendeur de la richesse indue, Jean Luc Mélanchon sénateur pendant 24 ans puis député européen jusqu a ce jour, ayant vécu de la manne de l’argent public depuis plus de 30 ans(*2).


Alors pourquoi sommes nous surpris de les voir sombrer dans le corporatisme le plus médiocre, ils sont une caste vivant uniquement d’argent public depuis des décennies et nous expliquent doctement qu’un citoyen ne peut pas se présenter à une élection comme cela.  

Se présenter sans leur adoubement c’est être forcément un imposteur sans légitimité.

Messieurs et mesdames, Fillon, Hamon, Mélanchon et Le Pen ainsi que vos élus et supports qui en rajoutent quotidiennement sur le sujet,  sachez qu’à mes yeux vous ne méritez plus de porter le titre de démocrate, de républicain et même d’homme ou de femme publique. 

Pour protéger vos juteux mandats ou rafler le pouvoir, vous niez tout ce qui fait une démocratie, tout ce qui fonde une république, Vous déniez à la justice républicaine le droit de vous juger et vous déniez le droit aux Français qui ne sont pas encartés et militants d’un de vos partis d'avoir une conscience politique, des idées politiques et de vouloir les soumettre au suffrage universel sans votre accord préalable.

Vous voulez une justice de caste, et exigez un adoubement pour rejoindre cette caste.Vous avez recréé respectivement une ploutocratie, une hierocratie, et une népocratie  pour conserver vos privilèges et ce faisant, vous détruisez la démocratie ! 


Honte à vous !

 

Géry Divry

 

 

 

 

 



*1  Pour Marine Le Pen ;  environ 1,6 Million d’euros NET lui a été versé par l’Europe depuis son élection comme député européen ( sans compter ses frais de transports, et ses indemnités journalières)  et encore mieux, 3,2M€ ont été mis a sa disposition pour payer ses assistants sur la même période, argent qui, semblerait, aurait été détourné de sa vocation première) nous pouvons aussi y ajouter les 250 000 euros touchés comme conseillère régionale depuis 1998). Cela veut dire que l’état ( donc nos impôts), a payé  directement ou indirectement à Marine Le Pen ou à sa micro entreprise politique familiale la modique somme de plus de 5 millions d’euros depuis sa premiere élection, une paille !


*2 Pour Jean Luc Mélanchon ;  la somme cumulée reçue de l’Etat depuis ses débuts en politique doit dépasser sans problème 4 Millions d’euros pour lui même et encore autant pour financer ses collaborateurs à son unique discrétion.

 

Opinion Libre